Oeuvres Sur l’Amour – Eda Üner

je ne sais pas

c’est quoi “l’amour”

c’est quoi d’embrasser quelqu’un

c’est comment quand quelqu’un vous manque?

est-ce “l’amour” vraiment comme dans les contes que maman me lisait?

maman m’aime

maman sait l’amour

mais ce n’est pas comme dans les contes

est-ce qu’elle me mentait?

je ne sais pas

LE MEURTRE DANS MON COEUR

 

Ce que je ressens pour lui est beaucoup plus fort que l’amour. “Amour” est formé de seulement 5 lettres. Non, 5 lettres ne suffisent pas pour exprimer mes émotions. C’est une dimension différente. Une dimension où il y a la haine, la joie, le malheur, la colère, la compassion et beaucoup de respect…

 

Je respect beaucoup cet imbécile qui est assis en face de moi. Il se croit quelque chose lui! Pour lui, il est le plus beau, le plus intelligent, le plus compétent… C’est un petit malin qui a un ego infini. Quand je lui dis ça, il se fâche et me dit que c’est sa personnalité. Je ne peux pas le contredire. Mais je suis si furieuse que je l’accuse pour des choses qui ne sont pas réels. Je l’accuse pour ses faiblesses et son apathie. Je veux crier : “Pourquoi tu ne m’aimes pas?” Oui, je l’aime. Non, je l’adore… Parfois, j’oublie comment je me sens quand il me regarde et me sourit. Ah, son sourire… Ce n’est pas comme les autres. Son sourire qui rétrécit ses yeux me poignarde dans le ventre. Mais j’imagine que le sang qui coule de ces blessures est comme le chocolat, doux et gentil. Je veux qu’il me tue avec ses sourires…

 

Soudain, il m’a demandé ce que je pensais de l’amour. Je lui ai dit que je ne savais pas encore car je ne l’avais jamais goûté, mais mes regards criaient que c’était en lui que j’ai trouvé ce mot qui ne signifiait rien avant. J’ai bégayé des absurdités que tous les adolescents disent de l’amour, que c’était de sentir des papillons dans le ventre, de ne pas pouvoir dormir correctement, etc. Mais je mentais.

 

Je le regardais et il me regardait aussi. Je ne comprenais pas si ses yeux couverts par des cils touffus essayaient de me dire quelque chose. J’ai essayé de trouver au moins un indice qui me permettrait de résoudre son mystère et qui me conduirait vers le trésor dans son coeur. Je sais qu’il a une coeur plein de passion, mais je voulais un peu d’aide. Je voulais qu’il comprenne le désespoir dans mes yeux. Mais il a retiré son regard, s’est levé et a commencé à s’éloigner de moi. Il s’éloignait avec toute son âme, ses paroles qui n’avaient aucun sens mais qui me maintenaient en vie. Mes espérances et mes rêves tombaient un par un, à chaque pas qu’il faisait en s’éloignant de moi. Où est-ce qu’il va en ce moment-là? En ce moment où j’ai enfin commencé à comprendre “l’amour”…

La Tristesse de la Lune

 

Note pour les lecteurs: J’ai écrit cette petite histoire sans utiliser les lettres majuscules au début des phrases. C’est pour une certaine raison, mais c’est à vous de la trouver!

 

bonne nuit ou bonsoir! je suis la Lune. tout le monde écrit, peint, chante, crée des infinités d’oeuvres romantiques sur moi. des chansons, des poèmes, des tableaux, des photographies et même des romans sur moi! mais personne ne me connaît exactement. personne ne sait mes douleurs et mes chagrins. oh, quels chagrins! toutes ces oeuvres sont des absurdités et des mensonges! vous mentez, vous ne savez rien du tout! vous êtes tous des fous! vous êtes des étrangers…

c’est le Soleil qui me donne de la lumière tous les jours. c’est lui qui me donne l’envie d’exister. je ne suis rien qu’un “satellite” qui vole son existence…

je me cache derrière la Terre et je regarde le Soleil tous les jours. voilà encore, “les jours” existent grâce au Soleil! oh, ce beau Soleil… comme il est puissant et gracieux! mon seul désir est de le voir un jour, d’observer son énergie infini, de le regarder de près même s’il m’éblouit avec sa lumière incandescente… mon Soleil. oui, je suis amoureuse du Soleil. j’existe grâce à lui et je meurs quand il meurt.

maintenant, vous me connaissez. j’aime le Soleil. je connais tous ses mouvements, tout ce qu’il fait. mais je suis trop petite pour lui, il ne me voit jamais. peu m’importe tout ce qui nous entoure. je l’aime.

regardez, il s’approche! il vient vers moi! mais, attendez… autant qu’il s’approche, il s’éloigne. ou c’est moi qui m’éloigne, ou nous nous éloignons en même temps. oh, quelle souffrance…

Eda Üner 11G 1127

Genel içinde yayınlandı